Health

SIDA: Yon fi bay yon lòt fi sida nan fè sèks (SEX)

TEXAS, USA – Malgre se yon ka trè ra pou rive pou yon fi bay yon lòt fi SIDA, ebyen gen yon ka konsa yo ripòte bay otorite sante Etazini. Fi a ki bay lòt fi an SIDA te sispann pran medikaman’l “antirétroviraux” se pa yon remèd ki geri ni proteje moun kon SIDA, men li pèmèt moun ki pran li ki gen sida viv pou anpil ane, avèk sida sou li.

Nan Eta Texas, yon dam de 46 ane, probabman pran sida nan men mennaj li. Tou 2 medam sa yo te nan yon relasyon pou 6 mwa, kote yonn menm nan yo pa te fè yon ti pa chat sou lòt, ki vle di yo te fidèl a lòt. Yonn nan medam medam yo te gen SIDA, e li te sispann pran remèd pou sida pou nenpòt 2 ane. Lòt dam te fè tès sida li pa te genyen’l, men nan relasyon sa li vin enfekte avèk viris sida. Avan sa li te nan yon relasyon pou 10 ane avèk yon gason li pa li pa te genyen viris lan, e ni li pa t’ap pran medikaman pa piki.

Pou CDC,ka sa dwe fè nou sonje, malgre sa vrèman ra men yon fi ki fè sèks (sex) ak yon lòt fi ka pran sida. Viris la ka prezan nan nan ti dlo vajen fi an pwodwi an ” sécrétions vaginales “, nan règ fi an, e sa ka menm pwodwi ak dlo kò moun nan si li rive jwenn avèk yon kote ou te blese, oubyen menm pa menm yon ti grafiyen.

Nan ka sa 2 medam yo ripòte jan yo te konn fè sèks ki koz lòt dam pran viris sida. Medam yo te konn itilise menm jwèt sekswèl (Sextoys), lòt la konn fin sèvi ak li, li jis pase’l bay lòt lan. Eli gen anpil chans pou li tou pase’l viris lan. E yon ti frotman fi a te ka genyen nan vajen li, tou ouvè pòt lan pou viris SIDA antre.

Malgre ka sa vrèman ra pou rive, medam chèche yon fason pou nou pwoteje tèt nou. Sis pann mande sextoy prete, e si nou gen yonn fè’l fidèl a nou, pa prete zanmi jwèt sekswèl nou. Si sa ta va rive nou aprann yon moun itilize jwèt nou, byen lave’l avan nou re itilize’l medam.

Source: Yahoo.com

Un cas très rare de transmission du virus du Sida d’une femme à une autre femme vient d’être rapporté par les autorités sanitaires américaines. La partenaire qui a transmis le VIH avait cessé de prendre ses antirétroviraux.
C’est un cas très rare de transmission du virus du Sida de femme à femme que le Center for Disease Contrôl (les autorités sanitaires américaines) vient de rapporter. Au Texas, une femme de 46 ans a, en effet, probablement contractée le VIH de sa partenaire féminine.
Les deux femmes avaient eu une relation suivie monogame pendant six mois. L’une était séropositive mais avait cessé de prendre ses antirétroviraux (les médicaments contre le sida) deux ans auparavant. La deuxième femme avait déjà testée négative pour le VIH, mais au cours de cette relation, elle est devenue infectée par le virus. Elle n’avait pas d’autre facteur de risque : elle n’avait pas eu de rapports hétérosexuels en 10 ans, et n’utilisait pas de drogues injectables.

Transmission du sida : attention aux abrasions

Pour le CDC, ce cas rappelle que “bien que rare, la transmission du VIH entre les femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes peut se produire. Comme le virus du sida peut être présent dans les sécrétions vaginales et le sang menstruel, il peut se transmettre lorsque les fluides corporels sont en contact avec des coupures ou des abrasions”.

Dans le cas présent , les deux femmes ont signalé des pratiques sexuelles qui auraient transmis le virus, notamment le partage de sextoys non protégés pendant la période des règles et pratiques sexuelles pouvant créer des abrasions.
Pour les autorités sanitaires américaines, les couples discordants (c’est-à-dire les couples dont l’un des partenaires est séropositif et l’autre séronégatif) de n’importe quel sexe devraient recevoir des conseils notamment en matière de pratiques sexuelles sûres.

Blood Test

To Top